Vous êtes ici

Big brother numérique ? L'édito !

Cybercontrôle, cyberharcèlement, cybersurveillance sexuelle… Roman d’espionnage ou film de série B ? Aujourd’hui, lorsqu’on prononce ces mots, c’est pour décrire une réalité que le Centre Hubertine Auclert vient de mettre à jour : 9 femmes victimes de violences conjugales sur 10 disent avoir subi des cyberviolences de la part de leur partenaire (ou ex) ! Parmi les statistiques glaçantes dévoilées à travers une recherche-action inédite, il en est une qui nous sidère : 21% des femmes déclarent avoir été surveillées à distance par leur partenaire (ou ex) via un logiciel espion. Comment une telle chose est possible ? Certaines compagnies proposent en toute impunité des logiciels qui n’hésitent pas à détourner le « contrôle parental », voir même à exploiter le registre de la jalousie dans le couple ! Un vide juridique intolérable qui permet aujourd’hui aux auteurs de violence conjugale de profiter froidement de nouvelles méthodes de contrôle. Avec pour conséquence la vulnérabilité accrue des victimes, la honte et l’isolement… Il était temps de réagir ! C’est ce que propose le Centre Hubertine Auclert à travers 7 recommandations pour lutter contre les cyberviolences !

 

Marie-Pierre Badré,
Présidente du Centre Hubertine Auclert, déléguée spéciale à l'égalité femmes-hommes à la Région île-de-France

 

  • Un édito à découvrir également dans la Cybertine #165...
  • Si vous n'êtes pas encore inscrit-e à la Cybertine : cliquez ici

Restons en contact

S’abonner à la newsletter