Vous êtes ici

Collectivités territoriales - Comment agir contre les violences faites aux femmes pendant et après le confinement ?

Durant cette période de danger spécifique pour les femmes victimes de violences conjugales et à l'approche du déconfinement,  les collectivités territoriales peuvent agir pour renforcer l’information et les dispositifs d’aide accessibles pour les victimes.

Le Centre Hubertine Auclert et son Observatoire régional des violences faites aux femmes vous proposent des exemples d’actions possibles. Ces bonnes pratiques sont issues des échanges du Centre Hubertine Auclert avec des collectivités franciliennes et des ressources présentées lors de la web-conférence du 23 avril 2020.

Les mesures gouvernementales visant à renforcer la protection des femmes victimes de violences durant cette période :

  • Les numéros d’urgence tels que le 17 (police-ou 114 par sms) et le 115 (hébergement d’urgence) restent accessibles.
  • Le 3919 (numéro d’écoute spécialisé animé par la FNSF, 7j7, 9h-19h), le tchat du Ministère de l’Intérieur (24h24/7j7) et le tchat spécialisé de l’association En Avant Toute(s) (7j7,10h-21h) restent à disposition des victimes et des témoins. Également, un numéro national d’écoute des auteurs de violences a été mis en place par la FNACAV : 08 019 019 11 (7j7, 9h-19h).
  • Les victimes ont désormais la possibilité de signaler les violences à la pharmacie qui transmettra le signalement aux forces de l’ordre.
  • Des points d’écoute éphémères sont mis en place dans certains supermarchés.
  • Les victimes peuvent toujours porter plainte. Les juridictions maintiennent le traitement des dossiers concernant les violences conjugales et les demandes des ordonnances de protection, donnant la priorité à l'éviction du conjoint violent du domicile.
  • Les associations spécialisées maintiennent leur services par téléphone.
  • L’État finance de nouvelles places d’hébergement d’urgence.

Les collectivités territoriales peuvent agir de manière complémentaire au niveau local pour renforcer l’information et les dispositifs d’aide accessibles :

1- Communiquer sur les dispositifs accessibles pour les femmes victimes de violences auprès de la population et des professionnel.le.s sur tous les canaux de diffusion (web, réseaux sociaux, courriers, affichages dans les commerces restés ouverts, intranet...) :

Ces supports d’information peuvent être également diffusés dans les lieux ouverts progressivement après le confinement (notamment les médiathèques, les crèches et les écoles élémentaires, etc.).

2- Prendre contact avec les pharmacies de la ville en leur communiquant les dispositifs accessibles au niveau local pour orienter les victimes qui font un signalement (notamment si la victime ne souhaite pas l'appel des forces de l'ordre) :

3- Apporter un soutien aux associations locales qui accueillent, hébergent et accompagnent les victimes de violences, pour renforcer le maintien de leurs services pendant la période de confinement. Vous pouvez identifier les associations spécialisées de votre département sur cette liste réalisée par le Centre Hubertine Auclert.

4- Développer des dispositifs spécifiques de prise en charge et de mise en sécurité des victimes pendant le confinement au niveau de la collectivité, en partenariat avec des associations spécialisées et d’autres partenaires. Exemple du protocole d’action de la Ville de Paris et la démarche globale de la Ville de Paris pendant cette période.

5- Renforcer les capacités des professionnel-le-s de la ville à proposer aux victimes une écoute à distance adaptée (sur les précautions à prendre, s’assurer que l’auteur n’est pas à proximité et que la victime peut parler en toute sécurité, comprendre les mécanismes des violences et leurs conséquences pour les victimes). Les ressources suivantes peuvent être diffusées :

  • Formation en ligne sur l’écoute des femmes victimes de violences, réalisée par le CFCV, à l’initiative de la Ville de Paris.

  • Ressources en ligne pour les agent-e-s d’accueil (plateforme téléphonique généraliste de la Ville, etc.).
  • Une fiche-réflexe du Centre Hubertine Auclert qui apporte des conseils sur la posture professionnelle adaptée face à une personne qui déclare subir des violences.
  • Un site-ressources du Centre Hubertine Auclert avec des vidéos courtes pour aider à comprendre les spécificités des violences conjugales .

Certains de ces supports d’information pourront être également relayés auprès des professionnel-le-s des structures qui auront ouverts progressivement après le confinement (notamment les crèches, les écoles élémentaires, les médiathèques, etc.).

6- Anticiper l’accroissement potentiel des demandes des femmes victimes de violences après le confinement, en renforçant les dispositifs de prise en charge et d’hébergement disponibles, en lien avec les associations spécialisées. Pérenniser les dispositifs mis en place et le lien avec les pharmacies et d’autres professionnel-le-s impliqué-e-s dans le repérage et l’accompagnement des femmes victimes de violences au niveau local, par exemple à travers la mise en place et l’animation d’un réseau par la collectivité.

Informations

  • Ambre Elhadad

Chargée d'accompagnement des collectivités territoriales
ambre [dot] elhadad [at] hubertine [dot] fr
01 84 74 13 83

  • iman karzabi

Chargée de mission à l'Observatoire régional des violences faites aux femmes
iman [dot] karzabi [at] hubertine [dot] fr
01 84 74 13 85

Restons en contact

S’abonner à la newsletter