Vous êtes ici

conférence internationale : Non à la violence contre les femmes dans les conflits armés

A l’occasion de la journée internationale des violences faites aux femmes, le 25 novembre, une délégation de femmes coréennes visant à faire connaître l’Histoire de femmes qui ont été victimes de l'esclavage sexuel systématique des militaires japonais avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, des femmes dites « de réconfort » sera à Paris jusqu’ au 3 décembre 2014 notamment pour l’organisation de plusieurs événements.

Cette délégation est composée de Won-ok KIL, survivante coréenne, venue témoigner, Mee-hyang YOON, présidente du conseil coréen de femmes de réconfort et de l'esclavage sexuel du militaire japonais, Hirofumi HAYASHI, professeur de l'Université de Kanto Gakuin au Japon, Jing-ja YANG, Japan Action for the Resolution of the “Comfort Women” Issue

En effet,  la justice n'a toujours pas été rendue pour un grand nombre de femmes qui ont été victimes. Et le gouvernement japonais n'a jamais reconnu ses responsabilités juridiques en tant qu’Etat, même si cet esclavage sexuel a été organisé dès le début par l'armée japonaise qui en assurait l'administration et le contrôle, niant même son projet de coercition et de réquisition des "femmes de réconfort". Des personnalités publiques japonaises et la presse prétendent même que ces femmes ne seraient pas des victimes de l'esclavage sexuel, mais des prostituées volontaires. Dans la situation actuelle  où la violence sexuelle contre les femmes dans les conflits armés se développe dans toutes les zones de conflits dans le monde, la résolution de la question militaire japonaise concernant les "femmes de réconfort" devient plus significative que jamais.

 

Veuillez trouver le programme de la délégation ci-dessous :

Informations

Date/Période 
Samedi 29 novembre 2014

Restons en contact

S’abonner à la newsletter