Vous êtes ici

Science sans conscience... L'édito !

Nos vies numériques ont-elles moins de valeur que nos vies littérales ? La réponse semble évidente au regard de l’inertie de notre société face au cybersexisme en général et aux cyberviolences conjugales en particulier. Alors que les médias prennent petit à petit la mesure des conséquences redoutables du cyberharcèlement, les réponses et les initiatives des géants du numérique ne sont pas à la hauteur de la gravité des faits mis en lumière. L’exemple récent des petites balises commercialisées par une grande marque pour géolocaliser « ses objets perdus » traduit avec éclat l’ignorance et le mépris pour les phénomènes de violences systémiques à l’égard des femmes. Pourtant, 9 femmes victimes de violences conjugales sur 10 subissent des cyberviolences – dont la cybersurveillance ! « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » prophétisait Rabelais en son temps… Au Centre Hubertine Auclert, la « conscience » est au cœur de ces sujets fondamentaux : les sites Je protège ma vie privée en ligne et Stop-Cybersexisme permettent à toutes et tous de comprendre ces phénomènes et de s’en protéger !

Marie-Pierre Badré,
Présidente du Centre Hubertine Auclert, déléguée spéciale à l'égalité femmes-hommes à la Région île-de-France

 

  • Un édito à découvrir également dans la Cybertine #213...
  • Si vous n'êtes pas encore inscrit-e à la Cybertine : cliquez ici

Restons en contact

S’abonner à la newsletter