Vous êtes ici

Tribune Marie-Pierre Badré : "Il faut prévenir de toute urgence le cybersexisme et les cyberviolences sexistes et sexuelles"

Alors que les relations sociales à distance se sont intensifiées pendant les périodes de confinement, les violences sexistes se sont également déployées sur les réseaux sociaux comme jamais auparavant : en témoigne l’explosion des comptes "fisha" dont l'objectif est de divulguer des photos et vidéos à caractère sexuel de jeunes femmes sans leur consentement.

Depuis 2015, le Centre Hubertine Auclert lutte contre le cybersexisme. Ce clone virtuel du sexisme « ordinaire » gangrène les réseaux sociaux, touchant en majorité les jeunes femmes, souvent violemment, parfois tragiquement. Face à ce fléau, nous avons publié une étude pionnière sur le sujet, nous avons mené des campagnes de sensibilisation, formé les professionnel·les démuni·es face aux situations de cybersexisme et mis en ligne un site de ressource complet : www.stop-cybersexisme.com.

Nous ne cesserons jamais de le marteler : la prise en compte de la dimension sexiste de la plupart des cas de cyberharcèlement est une des clés de compréhension du phénomène, le contrôle des corps des jeunes filles et de leur sexualité étant en jeu. L'affaire du meurtre d’Alisha est aujourd'hui particulièrement douloureuse en tant que symptôme du déni de cette réalité.

Face à l'explosion du cybersexisme, la société dans son ensemble doit être mobilisée à travers un maître-mot : la prévention. 59% des lycéen·nes d’Île-de-France estiment d'ailleurs que la lutte contre le harcèlement et les cyberviolences sexistes et sexuelles est l’action prioritaire à mettre en place ou à renforcer dans leurs lycées*. Écoutons-les ! Soutenons les jeunes filles et jeunes femmes victimes, rappelons aux réseaux sociaux leurs obligations et responsabilités, formons les forces de sécurité sur ces sujets ! Et surtout, incitons toujours plus les établissements scolaires et les collectivités à sensibiliser les adolescent·es.

Si le monde numérique est un miroir déformant d’une réalité systémique sexiste et violente, son reflet sinistre doit plus que jamais nous inciter à agir.

Marie-Pierre Badré,
Présidente du Centre Hubertine Auclert, déléguée spéciale à l'égalité femmes-hommes à la Région île-de-France.

*Sondage Opinionway réalisé pour le Centre Hubertine Aucler et publié le 01 mars 2021.

Restons en contact

S’abonner à la newsletter