Vous êtes ici

Un droit constitutionnel Édito spécial

Il y a quelques semaines, nous étions nombreuses et nombreux à trembler face à l’improbable menace qui planait sur le droit à l’avortement aux États-Unis. Une petite voix nous ramenait à la raison et nous chuchotait que la (grande) démocratie américaine n’y toucherait pas. Cette petite voix s’est tue et 50 ans de droits à l’IVG sont aujourd’hui balayés par la Cour suprême. Soyons lucides : ce cataclysme autour d’un droit si fondamental et si durement acquis affectera majoritairement les plus démunies, il mettra en danger la santé des femmes, il rendra encore plus hostiles et agressifs les plus fervents anti-IVG et viendra propager sa petite musique empoisonnée auprès des plus réactionnaires… Ce tourbillon aux effets dévastateurs risque également d’entrainer dans son - funeste - sillage d’autres droits : le recours à la contraception ou encore le mariage pour toutes et tous. Face à une telle régression et un tel choc, nous avons le devoir d’y répondre fermement, à la fois concrètement et symboliquement : en sanctuarisant définitivement ce droit dans la constitution et en luttant contre les inégalités d’accès à l’IVG sur tout le territoire français ! Parce que les droits des femmes ne doivent plus jamais être une variable d’ajustement pour démocraties surmenées.

Marie-Pierre Badré,
Présidente du Centre Hubertine Auclert

Restons en contact

S’abonner à la newsletter