Vous êtes ici

Guide pour d'accompagnement des projets éducatifs des sanitaires en collège et lycée

Document(s) en téléchargement 
Type 
Kit pédagogique/Guide méthodologique

La question des sanitaires doit être appréhendée dans une approche globale de l’hygiène et du bien-être à l’école. Dans cette perspective, trois éléments paraissent indispensables à prendre en compte simultanément :
• les questions relatives au corps, à l’hygiène, à la santé et à l’intimité ; • l’entretien et la surveillance des sanitaires ;
• le respect et le vivre ensemble.
1. LES QUESTIONS RELATIVES AU CORPS, À L’HYGIÈNE, À LA SANTÉ ET À L’INTIMITÉ POUR LE BIEN-ÊTRE À L’ÉCOLE
Différentes études montrent qu’environ un tiers des élèves ne va jamais aux toilettes au collège. L’absence d’utilisation des sanitaires est un problème de santé publique. Ce sont les filles qui souffrent le plus des troubles d’urologie mais les maux pour les garçons et les filles sont multiples et peuvent avoir des séquelles à l’âge adulte : douleurs et symptômes abdominaux diffus, maux de ventre, nausées, constipation, troubles mictionnels, infections et incontinences urinaires, rétentions, coliques... Certains jeunes vont aussi éviter de boire pour ne pas aller aux toilettes ensuite, avec un risque de déshydratation. Au quotidien, cela peut entrainer des difficultés de concentration. De plus, la non fréquentation des toilettes pose la question de l’hygiène des mains, qui contribue à limiter le développement d’infections. Enfin, l’apprentissage de l’intimité, dès l’école primaire, est indispensable pour apprendre à connaitre son corps et à respecter celui des autres. Les élèves doivent pouvoir disposer d’un lieu où ils se sentent à l’abri du regard des autres.

2. L’ENTRETIEN ET LA SURVEILLANCE DES SANITAIRES
Parce que les élèves utilisent les sanitaires de façon intensive, pendant des périodes limitées, l’état des toilettes se dégrade vite au cours de la journée et les gestionnaires sont alors souvent sollicités. Dans le cadre de l’entretien quotidien et approfondi de fin de journée, une attention particulière doit être apportée à la formation des agents en ce qui concerne les techniques de nettoyage et l’usage des produits sanitaires. Il est nécessaire de travailler sur plusieurs notions distinctes : d’une part l’hygiène et la désinfection (qui ne se voient pas), de l’autre la propreté (que l’on voit), sans oublier ce que tous les enfants signalent comme source de dégoût (les odeurs).
Il est indispensable de mettre en place un entretien plus bref au cours de la journée après chaque récréation et pause méridienne - permettant d’effacer les dégradations dues à l’usage ou aux incivilités (chez les garçons, par exemple, tirer les chasses d’eau). Le travail des agents chargés du nettoyage des sanitaires étant une source de fatigue, à laquelle s’ajoute un sentiment d’invisibilité et de manque de reconnaissance, l’aménagement et l’organisation de leurs tâches seront adaptées, afin de minimiser la pénibilité, tout en maintenant une exigence forte. C’est dire l’importance d’associer ces personnels aux projets éducatifs mis en place. Par ailleurs, chaque établissement dispose d’infrastructures sanitaires, qui ne répondent pas toujours aux exigences actuelles, pour des raisons architecturales ou historiques. Cependant, les collectivités territoriales sont sensibilisées à la question de l’hygiène et du bien-être des élèves. Lorsqu’une rénovation des toilettes est prévue, il devient possible de mettre à profit de nouvelles technologies, d’envisager de nouveaux aménagements, pour faciliter le confort d’utilisation, la surveillance, et l’entretien des toilettes. Le projet de rénovation doit être abordé sous ces différents aspects, en collaboration avec les services techniques des collectivités et les différents membres de la communauté scolaire (élèves, service de la vie scolaire, corps enseignant). En l’absence de projet de rénovation, des aménagements sont néanmoins souvent concevables, mais peuvent parfois être négligés, du fait du découragement provoqué par les dégradations volontaires et des difficultés de mise en place d’une surveillance. Une réflexion globale peut permettre de faire apparaître de nouvelles solutions. Enfin, la gestion de la surveillance des sanitaires et de la circulation des élèves, en lien avec le service de la vie scolaire est primordiale. Les sanitaires sont majoritairement utilisés sur les temps d’interclasses, de récréation ou de pause méridienne mais aussi à la discrétion de l’enseignant pendant les heures de classe. De plus, les toilettes sont souvent recensées comme des lieux de non-droit où le harcèlement et d’autres formes de violence sont faciles à exercer. Elles peuvent être aussi un lieu de refuge (en cas de pluie par exemple) en l’absence d’espaces alternatifs (préaux) couverts dans l’établissement.

3. LE RESPECT ET LE VIVRE ENSEMBLE POUR L’ÉDUCATION DU CITOYEN ET LA CONSTRUCTION DU FUTUR ADULTE RESPONSABLE
Tous les champs concernés par la question des sanitaires dans les établissements scolaires (sécurité, hygiène, santé, intimité, vie scolaire...) interviennent comme des éléments d’une formation plus globale d’un futur citoyen. La notion de respect des autres est le fondement du vivre ensemble, que ce soit en direction des agents d’entretien ou entre élèves, premiers usagers de ces lieux. Cette notion de respect s’inscrit dans le cadre du socle commun de connaissances, de compétences et de culture et dans le programme de l’enseignement moral et civique. Les professeurs participent à cette formation citoyenne et mettent en œuvre les valeurs de la vie démocratique au service des apprentissages. Les valeurs qui rendent possible le vivre ensemble sont ainsi travaillées, au quotidien, dans tous les enseignements. S’ils n’étaient pas pensés comme tels, cela pourrait entretenir chez l’élève l’idée qu’il y a des lieux et des moments où il est question d’éducation à la citoyenneté (EMC, EPS, SVT, service de vie scolaire, interventions sur la santé et l’hygiène...) et d’autres, où la citoyenneté n’aurait pas lieu d’être. Serait alors formées des personnes « partagées », habituées à ne pas faire de lien entre les « temps institutionnels » de la citoyenneté et tous les autres qui n’en relèveraient pas. Eduquer à un usage responsable des sanitaires est bien un élément qui s’inscrit dans le cadre, à la fois du parcours éducatif de santé et du parcours citoyen, dans leur double aspect d’énonciation de valeurs et principes du vivre ensemble.

Publics ciblés 
Professionnel·les de l’éducation
Auteur·trices 
Ministère de l'Education Nationale
Année de publication 
2015
Disponibilité 
En ligne
Géographie 
Europe

Restons en contact

S’abonner à la newsletter